Tiphaine-36

ceci n'est pas qu'une séance photo... par tiphaine dedonder

Il y a quelques années, j’ai assisté à la représentation de la pièce « On ne voyait que le bonheur ! ». Elle aborde, entre autres, le thème des photos qu’on prend mais qui ne sont pas fidèles à ce qui se passe dans la vraie vie. C’était très interpellant et d’actualité quand on pense aux réseaux sociaux et à leur effet « Waouw, les autres ont une vie merveilleuse ! »…

Faire un reportage photo, ça peut soulever ces questions : « Est-ce que ce sera naturel ? », « Est-ce que ce n’est pas un peu du bonheur « truqué » ? ».

Quand ma sœur m’a offert un « bon » pour un reportage avec Emilie, elle m’a dit : « Nous en avons fait un avec les enfants et c’était un super moment ! Vraiment, en dehors du fait qu’on y fait des photos, c’est un moment de complicité ; on s’amuse ! ». J’avoue que j’étais loin de me douter à quel point ce serait vrai.

Déjà parce que, de notre côté, ça n’a pas été simple de fixer le rendez-vous. Entre le temps pourri et mon mari qui travaillait 7 jours/7… On a dû annuler plusieurs fois. Je me sentais à la fois de plus en plus embarrassée pour la photographe, contrariée par rapport à la disponibilité de mon mari et frustrée de devoir gérer un agenda inconciliable avec la météo, les horaires scolaires ou de boulot…

 

 

 

Puis côté « chouette moment ensemble », ce n’était pas gagné d’avance :

        notre fils de 3 ans met parfois plusieurs heures avant d’être à l’aise, même avec des personnes de la famille ou des amis qu’il connait bien. Dans ces cas-là, il passe son temps à se cacher et plus on essaie de le détendre, plus il se braque… Pas top pour un reportage photo avec une « inconnue » !

        Côté sourire, pour les photos, il fait des grimaces où il montre les dents, tout au plus pendant 5 secondes – et sans regarder l’objectif s’il vous plaît – avant de partir faire autre chose.

        Puis je voulais faire le reportage avec ma « petite » famille et ma maman, pour avoir des clichés ensemble et séparément… J’espérais que chacun se sente bien à l’aise.

        Et puis il y avait moi aussi, dans les problèmes… Un peu trop « dans le contrôle », je me posais mille questions sur les tenues, les accessoires, les positions… C’est sympa d’avoir des idées mais « contrôle » et « naturel » ne sont pas faciles à allier.

Alors, au final ?

On était à la bourre. Il y avait du brouillard. Mon mari devait partir après 1h. Ma mère devait nous rejoindre avec sa voiture. Je pensais sur le trajet à l’énervement que je ressentais… Puis j’ai rencontré Emilie. Dès les premiers échanges, mon stress s’est envolé. Elle était douce, sereine. On était là pour passer un bon moment.

Emilie nous a emmenés dans un superbe coin, en passant d’abord le long d’un champ, pour rejoindre ensuite la forêt. Cette petite reconnexion avec la nature nous a fait le plus grand bien. On était déjà davantage dans la balade que dans la « séance ».

Elle a proposé de commencer par les photos avec mon mari pour qu’il puisse partir. On n’en a même pas parlé mais j’ai constaté qu’après quelques photos il téléphonait à ses collaborateurs pour s’assurer que tout allait bien…sans lui. Et il est resté toute la séance. Je pense que lui aussi a senti que ce n’étaient pas « que » des photos, mais des moments en famille. Des moments à deux aussi, un câlin, un bisou, une taquinerie… Qui font du bien.

On s’est installés à un endroit où on a commencé par poser, puis j’ai sorti progressivement la dinette, les livres… Je ne calculais plus vraiment si je sortais ça pour faire les photos ou si je les sortais pour jouer.

On avait planté un décor puis on s’animait dedans, en étant nous-mêmes. C’était notre part du « job » mais on n’aurait pas pu le faire sans la bienveillance d’Emilie et ce qu’elle dégage d’intérêt et d’accueil de ce que nous sommes, alliant subtilement sympathie et discrétion.

On a changé de décor. On a suivi les idées d’Emilie ou celles que j’avais proposées par mail dans nos échanges, avec beaucoup de naturel et de fluidité. J’ai totalement perdu la notion du temps. Emilie n’a pas regardé l’heure – ou ne l’a pas montré.

Quand elle m’a montré quelques clichés sur son appareil, j’ai été éblouie par leur concordance avec mes attentes en termes de lumière et de couleurs mais aussi de beauté.

« J’aime capter des moments de spontanéité, de complicité. » a-t-elle expliqué. « C’est ça le « lifestyle ». C’est différent du portrait « posé » qui peut être très beau mais moins naturel et où, parfois, on ne se reconnait pas. »

Et c’est ça qui fait de cette séance bien autre chose qu’une séance. Une activité en famille. Des moments de complicité, de rires, de bonheur. Alors non, on ne verra pas le petit chantage que j’ai fait à mes enfants en fin de séance (« Allez un dernier sourire et je te donne un Nic nac ! » ) – mais je sais qu’on ne verra que le bonheur…parce qu’il était vraiment là ! 

Merci Emilie d’avoir contribué à le créer.

Merci pour tout ce que tu donnes de toi et de ta passion, en l’espace de quelques heures, avec naturel.

Merci pour ce qui restera pour toujours : des photos d’une qualité esthétique incroyable et des souvenirs.

C’est une très belle rencontre.  

 

PS : Et le petit de 3 ans ?

Est-ce la balade, notre attitude, ou ce que dégageait Emilie ? Il n’a pas eu un seul moment de timidité. Il a même fait des photos rien qu’avec elle alors que nous étions un peu plus loin, très à l’aise, lui racontant sa petite vie et des histoires de tracteur… Dans la voiture au retour, il demandait avec sa sœur : « Quand est-ce qu’on refait un reportage photo avec Emilie ? »

VOUS chercheZ un photographe pour réaliser

VOS photos en famille ?

Vous êtes au bon endroit ! Je vous invite à visiter ma galerie photo et à prendre contact avec moi pour en discuter.